The TZ in JP https://www.thetzinjp.com Un site utilisant WordPress ven, 13 Avr 2018 07:43:28 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.7 Japon – Honshu centre : Kamakura https://www.thetzinjp.com/?p=1541 Tue, 23 May 2017 17:15:39 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1541 Continuer la lecture de Japon – Honshu centre : Kamakura]]> Kamakura se trouve à une cinquantaine de km de Tokyo. La ville fut une capitale de 1192 à 1333 et à ce titre, possède de nombreux temples et le fameux grand Bouddha de bronze. C’est aussi une place réputée pour l’artisanat de la laque de style « kamakura-bori« , c’est-à-dire que le travail de laquage s’effectue sur une planchette de bois qui a été finement sculptée auparavant. J’avais eu la chance de rencontrer Fumiko san à Paris où elle exposait quelques unes de ses œuvres ; je m’étais promis de passer la voir dans son atelier.

Etendue d’eau à l’entrée du temple Tsurugaoka Hachiman Gu.

Temple Shintô Tsurugaoka Hachiman Gu dédié à Hachiman, dieu de la guerre.
Une collection de « trésors » est exposée dans le musée du temple.
Le grand Bouddha Amitabha de Kamakura.
En bronze, elle a été fondue vers 1252 ; sa hauteur est de 13,35 m.
Pièces réalisées par Fumiko San ; vitrine de son atelier.
Rangée d’ébauches.
Certaines ont déjà un dessin préparatoire à la ciselure.
A travers le hublot de l’avion. Retour….

 

 

]]>
Japon – Shikoku : Takamatsu, suite et fin. https://www.thetzinjp.com/?p=1522 Sat, 13 May 2017 11:43:28 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1522 Plaque tournante de mes pérégrinations, j’ai continué ma visite de Takamatsu entre mes départs / arrivées.

Sur le port des ferry, les colonnes « Liminal Air – core- » de l’artiste Shinji Ohmaki.
Une reconstruction des tours du château Tamamo.

Les tours sont situées dans un superbe jardin.
C’était un régal pour les yeux et le nez de se promener parmi les azalées, malgré la pluie qui menaçait.
Et dire que je vais rater cette exposition de bonzais…
Au revoir Shikoku !! (nostalgie…).

 

]]>
Japon – Shikoku : Shodoshima https://www.thetzinjp.com/?p=1492 Sat, 13 May 2017 11:00:11 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1492 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : Shodoshima]]> Pendant 1 heure entre Takamatsu et Tonosho, l’un des ports de Shodoshima,  le ferry se fraye un passage à travers le chapelet d’îles qui parsèment la mer de Seto. Shodoshima, l’une d’elles, havre de paix et de verdure, s’enorgueillit de ses cultures d’oliviers et d’agrumes. Elle a aussi été connue grâce à la nouvelliste Sakae Tsuboi (née ici) qui écrivit notamment « 24 yeux », un réquisitoire contre la guerre. Mais attention à ne pas trop s’aventurer dans certaines forêts : des singes y ont élu domicile.

Départ de Takamatsu.
De nombreux ferry sillonnent la mer de Seto entre les différentes îles.

Arrivée au ryokan (hôtel de style japonais). vue depuis le balcon de ma chambre.
Vue depuis le onsen du ryokan. (Il ne pleut pas mais la température de l’eau (entre 40 et 43°) provoque de la buée sur les vitres). C’est un régal de se prélasser dans l’eau devant un tel paysage. Et j’y étais seule pour en profiter !!
Le plus petit détroit répertorié dans le Guinness des records. Aménagé comme un canal au milieu de la ville, il sépare 2 parties de l’ïle ; ses dimensions : 2.5 km de long et moins de 10 m à son point le plus étroit.
Le détroit, côté mer.
Le sommet Hoshigajo culmine à 817 m. Lors d’une trouée dans la forêt luxuriante, on a une vue magnifique sur la côte.
C’est dans ces bois que des singes vivent en liberté.
Un endroit a été aménagé pour les voir de près ; ici, ce sont les touristes qui sont en cage… Et il vaut mieux car ils ont plutôt mauvais caractère.

Un téléférique a été installé entre le mont Kankakei et Kountei. L’idée était de descendre le chemin à pied et de remonter en téléférique….
Heu… j’ai bien fait de faire l’aller-retour en cabine car le sentier semblait vraiment escarpé.

Une halte sur le chemin du retour. Temple Kiyotakisan. Une partie du sanctuaire est dans une grotte.

Terre grecque ? Presque ; Shodoshima cultive les oliviers depuis 1908 et en a fait son emblème.
La bande de sable qui relie à marée basse ces 4 îles s’appelle la « route des anges ». (c’est la vue depuis ma chambre !!)
Le chemin à marée basse.
La mer commençait à remonter ; je ne suis pas allée jusqu’à la dernière île.
Un héron blanc en chasse.
Autres spécialités de Shodoshima ; la sauce soja et le saké ; celui-là était particulièrement bon…

 

 

]]>
Japon – Shikoku : Naoshima https://www.thetzinjp.com/?p=1459 Sat, 13 May 2017 10:55:01 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1459 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : Naoshima]]> Naoshima, petite île en face de Hiroshima mais accessible par ferry depuis Shikoku, est surtout connue pour ses œuvres d’art (musées, sculptures en plein air, architecture moderne, réhabilitation de maisons…). C’est un rendez-vous des artistes japonais mais aussi des jeunes touristes (dont je faisais partie, bien évidemment !!). C’est intéressant mais un peu surfait. Par contre, j’ai mangé des plats sublimes d’inspiration italienne dans un petit restaurant de Tsumuura qui mériterait d’être mieux connu !

Malgré sa renommée mondiale, Naoshima offre des sites sauvages si on la parcourt à pied.
Jardin japonais entrevu par un portail ouvert. Bien que fréquentés par de nombreux touristes, les villages sont très calmes.
Le projet « Maisons d’art ». Il s’agit de réhabiliter de vieilles maisons (parfois plus de 400 ans)  vacantes et de les transformer en oeuvre d’art. A l’intérieur de celle-ci, il s’agit d’expérimenter la lumière après être resté dans le noir un moment.
Maison Ishibashi ; le jardin « vide ».
Sur ses murs, des dessins à l’encre représentent des paysages de la mer de Seto…
… et des cascades.
Jardin sec.
Cette petite maison était un endroit pour les joueurs de go. L’artiste y a posé des fleurs de camélia.
« La maison bric à braque » (heu, ce n’est pas son vrai nom) abrite, entre autres, une statue de la liberté sur les 2 étages.
Ce minuscule sanctuaire a été adapté à l’esprit Shinto avec un escalier (réalisé en blocs de verre) qui provient…
… d’une chambre en pierre située sous l’édifice.
Sur une petite place du village, une quinzaine de bonzais étaient posés sur des bancs et tabourets. Tous contenaient des crottes (de chat ?) qui semblaient bien avoir été déposées à dessein ; engrais écolo ?
Musée Chichu ; je voulais le voir car il contient, entre autres des oeuvres de Monet. En fait, il y en a 5 sur les nymphéas (un grand diptyque, 2 tableaux moyens et 2 plus petits) ; avec des vitres devant les toiles, cela faisait des reflets inesthétiques qui doivent faire se retourner Monet dans sa tombe. Les autres oeuvres sont monumentales ; une de James Turrell et 2 de Walter De Maria ; et c’est tout !!
Le chemin pour arriver au musée passe à travers un « jardin » évoquant celui de Giverny, afin de se préparer à visualiser les « oeuvres ». En fait, il mesure quelques mètres de large sur 100m de long (impression personnelle : allez plutôt à Giverny…).
Sur le chemin du retour, une oeuvre conjointe entre un architecte et un artiste.
Mais la vue depuis la route qui mène à l’arrêt de bus vaut le détour.

Comme un jeu de pistes, on rencontre des oeuvres tout le long du chemin.

Les courges (Yayoi Kusama)
Les enfants peuvent entrer dans celle-ci.

Naoshima Pavilion (Sou Fujimoto) sur le port de Miyanoura.
Vue depuis l’intérieur.
L’un est humain, l’autre en céramique : saurez-vous les reconnaître ?
Disséminés dans le parc du très chic hôtel Benesse (mais pour le prix, vous avez droit à de vraies oeuvres d’art dans votre chambre).

Tori sur le bord de la plage ; si vous lancez un caillou et qu’il retombe sur le Tori, votre voeu se réalisera ; j’ai raté, mais je n’avais pas formulé de voeu ! ouf !!

 

]]>
Japon – Shikoku : Matsuyama et Dogo Onsen https://www.thetzinjp.com/?p=1438 Sat, 13 May 2017 07:51:43 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1438 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : Matsuyama et Dogo Onsen]]> Matsuyama se situe à l’ouest de Shikoku et jouit d’un climat chaud et humide. Mais elle est surtout connue pour son « onsen », le plus vieux (3 000 ans) et le plus réputé du Japon. La famille royale y a même ses bains privés. Son bâtiment, dont l’architecture complexe a inspiré Miyasaki pour son film d’animation « le voyage de Shihiro » est un vrai labyrinthe.

L’arrivée sur Matsuyama par la route de montagne est époustouflante en fin d’après-midi.

Le château (datant de 1603) domine la ville (comme tous les autres d’ailleurs). Les douves ont été comblées pour créer un immense parc.
Matsuyama est fière de son « enfant adopté » Natsume Sôseki qui y habita à la fin du 19ème siècle.  Son roman « Botchan » (publié en 1906) qui évoque la vie dans cette ville, a marqué le début de la littérature moderne japonaise. Une ligne de tramway reprend les locos et wagons de cette époque.
Le contrôleur salue tous les passants sur son chemin.
Le terminus de la ligne se situe à Dogo Onsen. La gare est également imprégnée de l’époque de ce livre…
… ainsi qu’une horloge mécanique à personnages animés.
Mais ici, c’est Dogo Onsen qui a la vedette.
L’entrée. On vient du monde entier (et même de France) pour y prendre un bain.
Après avoir payé son entrée, on monte un escalier pour arriver à …
… la salle de repos où on dépose ses affaires, on reçoit un « yukata » (kimono de coton) et éventuellement une serviette. A l’issue du bain, on y prend une légère collation (thé vert et petit biscuit).
Un balcon court le long de la façade.
Les toits s’imbriquent les uns dans les autres.
Par cet escalier étroit et raide, on descend à la salle de change puis au bain.
Un vrai labyrinthe qui conduit parfois à…
… un minuscule jardin coincé entre les bâtiments.
Si on ne veut pas profiter du Onsen, on peut toujours se délasser les pieds dans ce pédiluve public et gratuit (eau chaude assurée).

 

]]>
Japon – Shikoku : Kochi https://www.thetzinjp.com/?p=1416 Wed, 10 May 2017 14:20:36 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1416 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : Kochi]]> Kochi se situe au sud de l’île de Shikoku et je regrette de ne pas y être restée plus longtemps ; mon programme était trop serré et je n’ai pas visité tout ce que j’aurais voulu. Parmi les spécialités de la ville, on trouve la fabrication de couteaux et autres objets tranchants ainsi que la bonite (poisson) souvent préparée en « tataki » (filet juste grillé sur l’extérieur puis tranché en sashimi).   Mais la région est aussi sur la route des 88 temples et l’on croise souvent des pèlerins, vêtus de blanc, chapeau conique en feuille sur la tête et bâton de marche. Le parcours fait 1200 km et il faut entre 30 et 60 jours pour le terminer (à pied) ; ok, certains le font en hélicoptère, mais c’est pas du jeu…

La campagne offre à cette saison des teintes étonnantes dans les forêts.
Un pèlerin dans la galerie commerciale.
Un « vrai ».
Certains ont leur tente et s’abritent où ils peuvent.
La région de Kochi est connue pour ses agrumes ; mais c’est trop tôt pour les yuzus 🙁 il y a seulement les fleurs.
Porte à 2 étages défendant l’entrée du château.
Château de Kochi.
Vue depuis l’esplanade nord.
Depuis le côté sud.
Le parc du château est le lieu de rendez-vous des joueurs de go.

La spécialité locale : bonite en « tataki ».

 

]]>
Japon – Shikoku : vallée de l’Iya https://www.thetzinjp.com/?p=1384 Tue, 09 May 2017 13:31:02 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1384 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : vallée de l’Iya]]> J’avais vu un reportage sur cette vallée perdue mais il m’avait déjà fallu des heures de recherche sur Internet puis d’approximation sur la carte pour trouver son départ et un point d’arrivée qui convienne à mon itinéraire ; mais je m’étais promis de la parcourir, bien que mes 2 GPS me disaient systématiquement de faire demi-tour et même les autochtones me déconseillaient de passer. Voici donc cet endroit pas si reculé que ça puisque les rivières sont quasiment toutes canalisées et que j’y ai découvert un restaurant français (si, si, tenu par une japonaise qui parle très bien notre langue).

Entre Takamatsu et Tokushima, la mer est constellée de petites îles.
Golden week (semaine de mai où tous les japonais sont en vacances) ; plus une chambre de libre dans les hôtels vers Tokushima. Sur R B&B, j’ai finalement trouvé de quoi passer la nuit autrement que dans ma voiture ; voici la maison que j’avais à ma disposition pour moi seule… Grand luxe, domotique (j’ai galéré pour trouver comment fermer certaines lumières), calme absolu au milieu d’un parc, bain chaud en écoutant les oiseaux… bref, je retiens l’adresse…
A l’entrée de la vallée de l’Iya, le fleuve est très large ; de nombreux hérons blancs habitent les berges et des rapaces y jouaient avec les rafales de vent.
La route commence à se rétrécir ; sur la moitié du parcours, elle n’est qu’à 1 voie mais il y a de nombreuses « oreilles » et tous les virages sont équipés de miroirs.

Forêt de cèdres japonais.
Un genre d’arum sous les cèdres.
La vallée est parfois très profonde.
Et dans un « bled » au milieu de nulle part (le bout du monde m’a-t-elle dit) il y avait ce restaurant que la chef a appelé « Café on y va ». Elle parlait très bien français car, pendant 12 ans,  elle était venue travailler chaque année 3 mois du côté de Sisteron. (Pour le menu, voir la rubrique « nourriture »)
Grande cascade…
… oui, mais toute la partie supérieure a été canalisée sur un mur de béton.
Kamikatsu ; ce bourg a décidé d’être « 0 déchet » ; tout est donc recyclé ou transformé. Ce bâtiment (une brasserie et un café restaurant) a été entièrement construit à partir de matériaux de récupération.

 

Un pont de liane ; autrefois, il y en avait 13 le long de la vallée, certains étant connus dès le 12ème siècle.
Aujourd’hui, il n’en reste que 2, lesquels sont sécurisés par des câbles en acier.
La rivière en dessous.
On peut aisément passer un pied à travers les lattes du pont.

Pour le fun, un cart manoeuvré manuellement a été installé à côté.

Dans ce village, vous êtes accueillis par des « mannequins » ;
Il y a quelques années, voyant le village se dépeupler, une femme a imaginé remplacer les « absents » par leur clône en chiffons.
A tous les coins, on peut en voir : arrêt de bus, devant une maison, dans un champ…
… ou au pied de ce pylône pour ces « employés » de l’électricité publique.

 

 

]]>
Japon – Shikoku : Takamatsu https://www.thetzinjp.com/?p=1328 Mon, 08 May 2017 12:33:59 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1328 Continuer la lecture de Japon – Shikoku : Takamatsu]]> Changement de région : Shikoku est une grande ile au sud du centre du Japon ; son climat est méditerranéen, ce qui permet la culture des oliviers, des agrumes, notamment les yuzus (citrons au goût très particulier) mais d’autres encore, méconnus dans nos contrées, et la culture des pins bonzaïs !! Ici, début mai, les pivoines sont en fleurs, les azalées resplendissent de couleur et embaument les parcs, les abricots sont déjà bien formés et le riz est repiqué.

Takamatsu est une plaque tournante portuaire qui va me servir de base pour visiter (en voiture) différents endroits. Mais c’est aussi l’écrin pour le magnifique jardin Ritsurin. Et cette fois-ci, le soleil était de la partie.

En jaune, mon périple en voiture.
Qui pourrait croire, en voyant cette photo, que l’on est en pleine ville ?
Ondulations de pins ; c’est la spécialité de la région.
en moyenne taille…
… en bonzaï….
… ou encore en jardin sec.
Devant la maison de thé qui date du 18ème siècle.
Poème écrit au sujet de cette maison de thé « Quand je prends un peu d’eau, je tiens la lune dans mes mains ».
Vue depuis un des salons de la maison de thé ; invitation à la méditation.
Un koto (voir paragraphe sur Kanazawa)
Supports de cordes du koto (voir Kanazawa).

La colline a été parfaitement intégrée dans l’architecture du jardin.
Quelques plants de thé.
Leçon de taille d’arbres.
Les abricots sont déjà bien formés.
Ce jardin est tellement bien structuré que l’on découvre des sites nouveaux à chaque détour de sentier.
Si les azalées sont en pleine floraison, pour les iris, je dois revenir dans quelques semaines… ;-D
Le jardin abrite également un petit musée avec des objets usuels anciens ; ceux-ci sont en laque ; plat et entonnoir.

 

]]>
Japon – Honshu centre : Hida furukawa et Gero https://www.thetzinjp.com/?p=1326 Sat, 06 May 2017 07:44:42 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1326 Continuer la lecture de Japon – Honshu centre : Hida furukawa et Gero]]> La petite ville de Hida est connue pour 2 choses : la qualité des ses charpentiers qui ont travaillé depuis toujours à la construction de temples à travers tout le pays et le film « Your name » qui a été produit en fin d’année 2016. Certains plans intègrent des quartiers de la ville ainsi que la gare. Et non loin de là, le bourg de Gero, qui est réputé pour ses « onsens ». A travers les rues, on voit les gens habillés en yukata (kimono de coton fourni par les hôtels) aller de onsen en onsen. Il y en même un public à 2 pas de la rivière, ainsi que des bains de pieds (très chauds) à plusieurs endroits de la ville.

Hida est nichée dans une vallée reculée. Le train offre une vue spectaculaire tout au long du trajet.
Ces cerisiers seraient vieux de plusieurs siècles. (c’est pour ça qu’il y a autant de gens à leur pied ; c’est un « must see »).

Arrivée à Hida ; cette prise de vue fait partie du film « your name ».
Ville des charpentiers et ébénistes depuis le 14ème siècle ;
Chaque artisan à sa « signature » et son ornementation sous forme de « nuage » sculpté dans les poutres des toits. Voici quelques exemples.
Il y a aussi ces « tongs » ; modèle en paille ou en bois à 2 supports, à hauts supports et modèle de course à 1 seul support.
Mais les touristes viennent surtout à Hida pour ses maisons le long des canaux.

En fait, il y a 400 ans, il s’agissait de greniers.
Tout est bien calme, mais 2 semaines plus tôt, se tenait un festival haut en couleur (19 et 20 avril).
Cette grosse boule (environ 80 cm de diamètre) faite de branches de cèdre (sugidama) est pendue à l’entrée de la brasserie pour annoncer un nouveau tirage de saké ; (je n’avais pas le temps pour la dégustation…).
Un des temple de Hida.
Retour à Gero où les hirondelles avaient annoncé le printemps (elles ont la tête rouge).
Gero est à flanc de coteau et des torrents canalisés arrivent de partout pour se jeter dans la rivière qui sépare la ville en 2.
A côté du pont, fontaine d’eau chaude (avec odeur de soufre).
Onsen en pleine ville mais au bord de la rivière.
Cette fois-ci, je me suis contentée du bain de pieds dans un bassin doré…

 

 

]]>
Japon – Honshu centre : Shirakawago https://www.thetzinjp.com/?p=1323 Wed, 03 May 2017 12:26:37 +0000 https://www.thetzinjp.com/?p=1323 Continuer la lecture de Japon – Honshu centre : Shirakawago]]> La visite de ce village de montagne (500 m d’altitude mais sous la neige pendant tout l’hiver) m’a été conseillée par mes hôtes et ils ont vraiment bien fait ; situé dans une vallée reculée, il a gardé l’aspect qu’il avait au moyen âge. L’architecture des maisons est extraordinaire et a défié le temps et les éléments.

Ici, c’est la « montagne » et les cerisiers sont juste en fleurs.
Les maisons (style « gassho ») sont recouvertes de chaume…
… et ont cette forme particulière de toit très pentu.
Les habitations sont toutes de grande taille et ont jusqu’à 4 étages.
Abri pour un pilon mu par la force de l’eau du torrent.
Maison de la famille Kanda ; elle se visite. Elle date de la fin du 18ème siècle.
Le foyer et sa marmite sont au milieu de la maison. Les pièces sont distribuées autour de cette grande salle. Il n’y a pas de cheminée et la fumée s’échappe par des claires-voies dans le plafond et par les étages supérieurs. (Inutile de vous dire que l’on sent le jambon fumé quand on ressort de la visite…)
Claires-voies du premier étage.
Charpente du toit ; les poutres sont naturellement incurvées car issues d’arbres qui ont été déformés par le poids de la neige.
Les matériaux employés permettent de disperser la force appliquée au toit lors de vents violents ou de tremblements de terre.
« Aiguilles » utilisées pour ligaturer le toit de chaume.
Pilon pour le « motchi tsuki, pâte réalisée à partir de riz bouilli.
Des bottes pour l’hiver ?
La famille Kanda s’était spécialisée dans la sériciculture. Paniers pour les vers à soie.

Le village est classé à l’UNESCO depuis 1995. (Au centre de la place, un gros tas de neige a été conservé pour les touristes).
En retournant vers Nagoya, le train passe à côté de très petites exploitations de thé nichées dans les vallées.

 

]]>