Japon – Honshu centre : Shirakawago

La visite de ce village de montagne (500 m d’altitude mais sous la neige pendant tout l’hiver) m’a été conseillée par mes hôtes et ils ont vraiment bien fait ; situé dans une vallée reculée, il a gardé l’aspect qu’il avait au moyen âge. L’architecture des maisons est extraordinaire et a défié le temps et les éléments.

Ici, c’est la « montagne » et les cerisiers sont juste en fleurs.
Les maisons (style « gassho ») sont recouvertes de chaume…
… et ont cette forme particulière de toit très pentu.
Les habitations sont toutes de grande taille et ont jusqu’à 4 étages.
Abri pour un pilon mu par la force de l’eau du torrent.
Maison de la famille Kanda ; elle se visite. Elle date de la fin du 18ème siècle.
Le foyer et sa marmite sont au milieu de la maison. Les pièces sont distribuées autour de cette grande salle. Il n’y a pas de cheminée et la fumée s’échappe par des claires-voies dans le plafond et par les étages supérieurs. (Inutile de vous dire que l’on sent le jambon fumé quand on ressort de la visite…)
Claires-voies du premier étage.
Charpente du toit ; les poutres sont naturellement incurvées car issues d’arbres qui ont été déformés par le poids de la neige.
Les matériaux employés permettent de disperser la force appliquée au toit lors de vents violents ou de tremblements de terre.
« Aiguilles » utilisées pour ligaturer le toit de chaume.
Pilon pour le « motchi tsuki, pâte réalisée à partir de riz bouilli.
Des bottes pour l’hiver ?
La famille Kanda s’était spécialisée dans la sériciculture. Paniers pour les vers à soie.

Le village est classé à l’UNESCO depuis 1995. (Au centre de la place, un gros tas de neige a été conservé pour les touristes).
En retournant vers Nagoya, le train passe à côté de très petites exploitations de thé nichées dans les vallées.