Japon – Shikoku : Naoshima

Naoshima, petite île en face de Hiroshima mais accessible par ferry depuis Shikoku, est surtout connue pour ses œuvres d’art (musées, sculptures en plein air, architecture moderne, réhabilitation de maisons…). C’est un rendez-vous des artistes japonais mais aussi des jeunes touristes (dont je faisais partie, bien évidemment !!). C’est intéressant mais un peu surfait. Par contre, j’ai mangé des plats sublimes d’inspiration italienne dans un petit restaurant de Tsumuura qui mériterait d’être mieux connu !

Malgré sa renommée mondiale, Naoshima offre des sites sauvages si on la parcourt à pied.
Jardin japonais entrevu par un portail ouvert. Bien que fréquentés par de nombreux touristes, les villages sont très calmes.
Le projet « Maisons d’art ». Il s’agit de réhabiliter de vieilles maisons (parfois plus de 400 ans)  vacantes et de les transformer en oeuvre d’art. A l’intérieur de celle-ci, il s’agit d’expérimenter la lumière après être resté dans le noir un moment.
Maison Ishibashi ; le jardin « vide ».
Sur ses murs, des dessins à l’encre représentent des paysages de la mer de Seto…
… et des cascades.
Jardin sec.
Cette petite maison était un endroit pour les joueurs de go. L’artiste y a posé des fleurs de camélia.
« La maison bric à braque » (heu, ce n’est pas son vrai nom) abrite, entre autres, une statue de la liberté sur les 2 étages.
Ce minuscule sanctuaire a été adapté à l’esprit Shinto avec un escalier (réalisé en blocs de verre) qui provient…
… d’une chambre en pierre située sous l’édifice.
Sur une petite place du village, une quinzaine de bonzais étaient posés sur des bancs et tabourets. Tous contenaient des crottes (de chat ?) qui semblaient bien avoir été déposées à dessein ; engrais écolo ?
Musée Chichu ; je voulais le voir car il contient, entre autres des oeuvres de Monet. En fait, il y en a 5 sur les nymphéas (un grand diptyque, 2 tableaux moyens et 2 plus petits) ; avec des vitres devant les toiles, cela faisait des reflets inesthétiques qui doivent faire se retourner Monet dans sa tombe. Les autres oeuvres sont monumentales ; une de James Turrell et 2 de Walter De Maria ; et c’est tout !!
Le chemin pour arriver au musée passe à travers un « jardin » évoquant celui de Giverny, afin de se préparer à visualiser les « oeuvres ». En fait, il mesure quelques mètres de large sur 100m de long (impression personnelle : allez plutôt à Giverny…).
Sur le chemin du retour, une oeuvre conjointe entre un architecte et un artiste.
Mais la vue depuis la route qui mène à l’arrêt de bus vaut le détour.

Comme un jeu de pistes, on rencontre des oeuvres tout le long du chemin.

Les courges (Yayoi Kusama)
Les enfants peuvent entrer dans celle-ci.

Naoshima Pavilion (Sou Fujimoto) sur le port de Miyanoura.
Vue depuis l’intérieur.
L’un est humain, l’autre en céramique : saurez-vous les reconnaître ?
Disséminés dans le parc du très chic hôtel Benesse (mais pour le prix, vous avez droit à de vraies oeuvres d’art dans votre chambre).

Tori sur le bord de la plage ; si vous lancez un caillou et qu’il retombe sur le Tori, votre voeu se réalisera ; j’ai raté, mais je n’avais pas formulé de voeu ! ouf !!