Japon – Honshu centre : Tokyo

Tokyo et ses gratte-ciels, ville tentaculaire qui ne dort jamais ; les buildings sont toujours allumés ; certainement à cause des heures supplémentaires que ne manquent pas d’effectuer les employés ; les rues aussi sont écorchées de panneaux lumineux, clignotants et criards ; les gens forment des masses compactes dans les rues, de jour comme de nuit. Le passe-temps des Tokyoites ? faire du shopping et manger dans les nombreux petits restaurants ; il faut dire que l’on peut se restaurer pour pas cher ici !! Mais il y a aussi quelques trésors de verdure, dont le jardin Koishikawa Korakuen.

Non, il ne s’agit pas de la Tour Eiffel repeinte en rouge ; c’est la « Tour de Tokyo » qui sert de relais de radio et télévision.
Elle n’a pas le même empattement ! seulement 80 m.
Et ses pieds sont beaucoup plus légers ; elle mesure 333 m de haut et a été construite en 1958.
A côté de la tour, un très joli petit parc avec cascade et gué.
Autre tour ; « le cocon ».
Autre gratte-ciel mais plus grand ; la nouvelle mairie de Tokyo ; elle est appelée « la tour des impôts » par les Tokyoïtes car elle a coûté l’équivalent d’1 milliard de dollars.
Vue depuis le sommet ; le « cocon », qui paraissait grand depuis le sol semble bien petit !!

Théoriquement (par beau temps, ce qui n’était pas le cas ce jour-là), on peut voir…
… ça ! (n° 7 = Mont Fuji). mais on n’a rien vu…
Autre démesure aperçue depuis l’observatoire de la Mairie de Tokyo : Le « Sky Tree » (en 2012, avec ses 634 mètres, elle était la deuxième plus haute structure autoportante du monde).
C’est une tour de radio diffusion.
Ceux-ci paraissent bien petits !! quartier de Shinjuku où nous avions notre hôtel. Vue depuis la chambre ; nos voisins étaient très calmes et nous n’avions pas de vis à vis !!
Architecture originale…
Horloge astronomique sur un immeuble.
Un petit temple à côté de l’hôtel. Joenji Temple.
Parc Koishikawa Korakuen. Créé au 17ème siècle, il est un des plus recherchés à cause des ses plantations de pruniers qui fleurissent au tout début du printemps, ses glycines (fin avril) et ses érables (automne).
Ne pas s’y tromper ; il est coincé entre les immeubles et le grand 8 d’un Lunaparc.

Pourtant, on peut trouver des petits coins très « zen ».

Un cormoran y a élu domicile ; la nourriture n’y manque pas avec les centaines de carpes qui y fraient.
Tokyo de nuit.